Accueil


Biographie


Mes livres


Ma peinture


Galerie


Expositions


Entre nous


Contact


 

 

 

 

 

Entre nous 
 

44ème Dialogue


29 décembre 2017.

Coucou, les amis !

Non, je ne suis pas passé de vie à trépas (même si je crains que la chose ne m'arrive un jour ou l'autre, sait-on jamais) . Non, je suis toujours là : les amis, me voilà de retour sur le site.

29 décembre ; c'est trop tard paraît-il pour vous souhaiter un « joyeux Noël » et trop tôt pour vous dire « bonne année ». Tant pis, je vous la souhaite quand même

belle, heureuse et bien fleurie !

Mon expo d'août dernier (« les enfants et nos amies les bêtes ») à l'église St Michel de Lescure d'Albi s'est très bien passée : 40 tableaux avec des animaux dans tous les coins jusque dans la sacristie.

En novembre, notre association les Amis des Arts d'Albi a fait son dernier SALON D'AUTOMNE dans ce lieu merveilleux des Moulins albigeois. Hélas, le Conseil Général propriétaire du site doit procéder à sa vente...On nous fait miroiter pour l'an prochain une nouvelle grande salle d'expo toute neuve, mais rien n'aura la splendeur des Moulins.

Pour compléter mon bestiaire, j'ajoute aujourd'hui :

          Rhino
          Pâtre debout
          Les trois chimpanzés

Le chimpanzé est une bête que j'aime bien ; si tu regardes le tableau, celui de droite boude, celui de gauche lui demande pourquoi il fait la tête et celui du centre rit à gorge déployée. De vrais gamins !

Dans les semaines qui viennent, je vais changer de registre car je sens comme une démangeaison d'abstrait.

 

 

43ème Dialogue


17 juin 2017.

Bonjour à tous les amis !

Comme à l'accoutumée, ce mois de juin est fébrile : les élections se terminent demain avec toutes leurs surprises, divines pour les adeptes d'un renouveau et d'un lendemain qui chante, calamiteuses pour les tenants des forces traditionnelles ; nos jeunes eux, planchent fiévreusement sur leur bac, pensant avec quelque candeur que le diplôme va leur ouvrir toutes grandes les portes de la vie...

Et nous, nous qui n'avons plus (hélas!) ces naïvetés, mais qui avons gardé inconsciemment la nostalgie de ce rythme « scolaire », nous voulons boucler « avant les vacances » ces activités annuelles. Alors, se succèdent les réunions, les bilans, les rencontres, les repas « de fin d'année », les inventaires...

Je participe naturellement à cette frénésie... mais avec lenteur et modération.
La municipalité d'Albi met pendant trois semaines à la disposition de notre Association des Amis des Arts le magnifique Hôtel Rochegude. Nous exposons chacun 2 toiles réalisées dans l'année. C'est un plaisir de réceptionner les œuvres des collègues, d'accrocher, d'organiser le vernissage, de recevoir les visiteurs...

Mais je dois penser surtout à mon expo personnelle du mois d'août sur « Les enfants et nos amies les bêtes ». Coup sur coup dans mon ardeur, je viens de réaliser 5 tableaux dont voici les 3 premiers :

  • Le penseur (certains collègues me disent qu'il s'agit d'un autoportrait, les malveillants !)

  • Hippos ou l'amour maternel.

  • Pâtre et son chien.

 

42ème Dialogue


1er mai 2017

Salut les amis !

Voici le « joli mois de mai ». Joli ? Tu parles ! Exécrable, gris, froid, mouillé, venteux... Ce mois de mai n'a que 10 heures, mais déjà je le déteste, je l'abomine et je l'exècre.

Oui, et pourtant...

Ô versatilité des hommes !

Il y a trois jours seulement nous pleurions l'inexorable sécheresse ; nous invoquions le ciel pour qu'il octroie quelques gouttes salutaires à nos patates et à nos navets. La pluie !Tout était irrémédiablement fichu ; nous allions vers un malheur irréparable, peut-être même des famines, des guerres, des conflits atomiques, bref, un cataclysme universel. C'est comme pour les élections et les hommes politiques …

Cet après midi, le soleil va percer. Un nouveau président va être élu ; ce sera magnifique, l'espérance, l'état de grâce, la béatitude. Quelques jours passeront ; viendront quelques averses froides ; et nous pourrons retourner avec délice à notre malveillance, à notre indignation, à notre détestation...

Concrètement, où en sommes-nous ?

Je m'amuse à des traductions de « micro romans » espagnols modernes assez surréalistes.
Je continue très calmement la commercialisation de mes 3 bouquins : En effeuillant le vent, Sur le chemin des 4 vents et Nocturnes.

En peinture :

A Gaillac, à l'expo « Les peintres du gaillacois », j'ai reçu le premier prix pour une œuvre déjà ancienne : Rencontre sous une table . En juin, l'Association des Amis des Arts, nous exposons quelques œuvres de l'année à l'Hôtel Rochegude d'Albi (XVIII siècle).
Mais surtout, en projet, du 11 au 24 août, une expo personnelle, à deux, dans la superbe église romane St Michel à Lescure d'Albigeois. Le thème que j'ai choisi est :
Les enfants et nos amies les bêtes. J'ai déjà 45 tableaux prêts, et je compte en réaliser encore quelques uns. On se tient au courant.

Dès aujourd'hui, je mets dans nouveautés mes 3 derniers :

Éléphant aux grandes oreilles
Ingratitude (le buffle et le pique-bœufs)
Colère de l'oiseau.

Tiens, le soleil sort !

 

 

41ème Dialogue


28 février 2017

Les amis, bonjour !

Les festivités de Noël ne sont déjà plus qu'un lointain souvenir et l'année que nous avons entamée s'annonce pleine de bruyantes querelles, d'orages et de tempêtes. Partout, on accuse, on injurie, on diffame, on persifle... Mais sur cette mer déchaînée, nous allons essayer de tenir fermement la barre en riant des bourrasques et des déferlantes : il faut qu'on arrive à la Noël prochaine en ayant gardé entière notre carcasse navigable!

Ici, dans notre calme thébaïde, nous arrivent de loin les échos des grandes batailles ; mais il nous suffit de contempler dans la prairie la tranquille placidité des vaches, leur lente rumination bovine, pour retrouver notre sérénité.

A propos de ruminants, voici dans « Nouveautés » un groupe de « Tres toros »  qui vous apporteront leur force paisible.

Et puis voici le chien et son infinie admiration pour sa coquette maîtresse : « Amour de chien ».

Enfin, pour rêver un peu, je joins le tableau « Verde » que j'ai ainsi intitulé en hommage à Romance somnambule de Federico Garcia Lorca :

Vert, je t'aime vert,
vent vert, vertes branches,
le bateau sur la mer
et le cheval dans la montagne.../

Détendons-nous. Respirons.

Portez-vous bien.

 

 

 

40ème Dialogue


10 décembre 2016

Bonjour, les amis.

J'ai reçu récemment un enregistrement de Mónica Naranjo, une magnifique chanteuse espagnole, qui a été réalisé dans la baroque et flamboyante cathédrale de la Sagrada Familia de Barcelone. Subjugué, fasciné, ravi au septième ciel, je l'écoute en boucle interminablement. Au point que mes amis me regardent avec inquiétude...

C'est beau, hein ? Je ne sais pourquoi, dans le tableau qui a suivi, alors que je naviguais en pleine mer, a surgi en contre plongée, comme une apparition, une silhouette qui domine le ciel et maîtrise les vents.

Et puis voici une autre sorcière, blonde et allemande cette fois : la Loreley ; vous savez celle qui surplombait le Rhin et qui ensorcelait évêques et chevaliers :

O belle Loreley, aux yeux pleins de pierreries
de quel magicien tiens-tu ta sorcellerie ? (G. Apollinaire)

Je mets dans NOUVEAUTES ces deux tableaux. Bien qu'il ne faille pas choisir entre ses enfants, je confesse, mais vous l'avez déjà deviné, que j'ai un faible pour l'espagnole.

A bientôt. Joyeux Noël !

¡ Felices pascuas de Navidad !

 

 

39ème Dialogue


21 juillet 2016
Salut à tous !

Depuis février, je n'ai pas donné de nouvelles.

Pourtant ma conscience me harcèle, me querelle, me tourmente, me tracasse, me houspille, bref me fait d'amers reproches, m'accusant tous les jours de mollesse et de fainéantise. Vous connaissez cette vieille harpie judéo-chrétienne... Bon je me rends ; mais mon instituteur, jadis, dans les temps préhistoriques, avait bien raison de m'appeler « le féniant de l'école »... Laissez-moi me flageller !

Pourtant, ne croyez pas que je me vautre dans le farniente ou que je me prélasse dans l'oisiveté ; par exemple, tenez : en avril, expo dans le lycée de Valence d'Agen (20 tableaux, 10 jours, rencontres avec élèves et professeurs) ; et puis une multitude de Salons du Livre plus prestigieux les uns que les autres : Brandonnet, Cagnac, Réquista, Castelnau, Arvieu... Non, ne riez pas ; ce sont des journées très sympathiques avec la rencontre d'autres auteurs et du public des lecteurs...

Demain, une soirée causerie dans un beau village du centre de l'Aveyron : Salles-Curan. Vous ne me croyez pas ?
Vous avez tort, voici :

 

Pour vous montrer que je réalise aussi des choses, voici dans Nouveautés :

  • Redoutables forgerons.

  • Camille (portrait de la fiancée de mon petit fils)

  • Minet coquelicots.

 

A bientôt.
Bises.

 

 

 

38ème Dialogue


28 février 2016
Les amis,

 

Adieu, les sanglots longs de l'automne
adieu le vent cornant novembre
adieu la Noël étoilée
adieu nivôse, adieu pluviôse,
voici le printemps qui frappe à notre porte.
Vite, ouvrons...
 

J'espère que ces lignes vous trouveront braves et heureux, même si tous les jours, les journaux et la télé abreuvent nos sillons cérébraux de sang qu'impur et de terribles catastrophes : un crime, un attentat, mais c'est du pain béni ! Les médias vont cajoler la nouvelle, la triturer, la malaxer, la brasser avec gourmandise, la servir chaude, la servir froide, chercher des dessous peu ragoûtants, susciter des polémiques empoisonnées, impliquer si possible des figures de premier plan ; bref vendre du papier et des heures d'écoute ; quitte à faire claquer des dents à tous les pauvres lapins craintifs...

 

Des nouvelles ?
Depuis 4 ou 5 mois, mon ardeur créatrice est plutôt modérée : mon activité justifie à peine, me dit-on, la soupe que je mange ! Bien sûr, j'ai participé à maintes expos : salon d'automne d'Albi, salons du Breuil et de Marssac... Plus, les salons du livre...

 

Cependant, ces derniers jours, la fièvre m'a repris et j'ai réalisé coup sur coup 2 tableaux que vous trouverez dans la galerie « Nouveautés » :

 

-Vingt ans plus tard (une petite fille et ce qu'elle deviendra peut-être)

-Albi verticale.


 

¡Adiós ! Tenez-vous fiers !

Et verticaux !

 

 

37ème Dialogue


10 octobre  2015
Coucou !

Je veux tout de suite rassurer les amis inquiets de ma crise d'énervement :

étant d'un caractère congénitalement positif, ma sainte colère a naturellement fondu comme neige au soleil. Et pourtant, quand j'y repense, j'ai des bouffées de moutarde qui me montent encore aux narines...Mais zut, du calme ; ne nous réchauffons pas...

Voici octobre, les colchiques dans les prés, la reprise des ateliers, les retour des stages, la relance des foires aux livres, le redémarrage des associations.

Demain, dimanche, par exemple, nous allons soutenir l' Amicale aveyronnaise de Lescure d'Albi ; l'occasion de revoir des compatriotes que j 'avais rencontrés lors d'une conférence-causerie sur les thèmes de mes livres. Ce sera chaleureux mais je redoute le « petit » repas :

Apéritifs divers / potage / tête de veau (j'adore ça, hélas!) / estofinada (une sorte de brandade rouergate, délicieuse mais légère comme une enclume de forgeron) / et puis attendez, poulet aux cèpes/ etc etc . Avec bien sûr à la fin, les crèmes et la fouace. Inutile de vous dire qu'il vaut mieux se préparer un estomac en béton armé !

Au secours !

Mes amis, voici deux nouveaux tableaux que je viens de terminer cette semaine ; je crois qu'ils sont assez originaux et je n'en suis pas trop mécontent :

Le soudeur
La talvera

Vous les trouverez dans la rubrique Nouveautés.

Adisias ! Une bise aux dames.

 

 

36ème Dialogue


14 Août 2015

Bonjour !

Je suis énervé.

J'entends certains agriculteurs (non exempts d'arrière-pensées), j'écoute les médias et tous les misérabilistes professionnels, qui nous parlent en chœur de « sécheresse dramatique ».

Quelle est la vérité ?

- Fin juillet et août ; l'essentiel des récoltes de foin et de céréales est à l'abri depuis longtemps. Elles ont été bonnes, ayant bénéficié d'alternances de pluies et de soleil. Il reste à assurer les fruits, les vignes et le maïs. Malgré ce qu'ON nous dit, ça se présente plutôt bien.

    - Nous jouissons d'un été magnifique avec de robustes chaleurs ; et de temps en temps quelques bonnes averses. Au fond du jardin, nous avons une source temporaire qui habituellement s'arrête fin mai et ne ressuscite qu'en novembre. Cette année, pour la première fois depuis 35 ans, elle continue de donner son filet d'eau. En plein mois d'août ! L'herbe n'a jamais été aussi verte. Mais les médias locaux reprennent le sinistre refrain national de la « pénurie » et de la « sécheresse dramatique » !

Bref, pour se donner de l'importance et pour vendre leur camelote, la TV, les journaux, les radios, font du sensationnel, sèment l'anxiété, rivalisent de pessimisme, prolongent les catastrophes, mêlent le vrai au faux...

Et ça m'énerve...

PS. Pour me calmer, j’apporte dans Nouveautés 4 tableaux réalisés pour mon expo de juillet sur l'Espagne. J'ai décroché mes 25 toiles le 30 juillet . Beaucoup de visites.

 

 

35ème Dialogue


10 juin 2015

Coucou, les zamis !

Déjà la mi-juin et son cortège (bienvenu) de rencontres, de repas partagés, de fêtes, de réunions, de galas d'associations, d'expos, de foires aux livres...

Le recueil de poèmes de ma sœur Marie part comme des petits pains ; à tel point qu'il faudra peut-être que j'envisage d'en faire imprimer une 2ème édition !

Ce soir, à 18h, vernissage d'une expo peinture de mon ami Olivier Bonnelarge. Je me demande toujours comment quelqu'un d'aussi gai, d'aussi plaisant, peut faire des tableaux aussi dramatiques et noirs...

Demain, dimanche 21 : une quinzaine de collègues peintres des « Amis des Arts d'Albi » viennent passer chez nous une journée peinture ; ce ne sera pas triste.

A part ça, je me prépare pour une importante expo personnelle, la 2ème quinzaine de juillet dans un lieu magnifique : une belle église romane du XIe superbement restaurée (St Michel à Lescure d'Albi). Je partage le lieu avec ma collègue et amie Marie-France Raulhac. Dans une vie antérieure, elle était comme moi prof d'espagnol ; aussi avons-nous organisé tout naturellement notre expo autour du thème de l'Espagne. Je vous invite tous au vernissage et/ou à venir nous voir :

 

NB J'apporte dans Nouveautés 2 nouveaux tableaux : Bonjour et Fallas (sur le thème des feux de Valence)

 

 

34ème Dialogue


4 mars 2015

Salut, les Cagnous !

Juste un mot pour te dire que :

  1. le jeu continue jusqu'à la fin mars...

  2. je viens de publier un troisième ouvrage, très différent des 2 premiers : d'abord il n'est pas de moi ; c'est un livre de poèmes ; des poèmes très forts, écrits dans les années 1950, par MARIE, une religieuse « malgré elle », dans son couvent.
    Le titre en est NOCTURNES . Ce sont des textes bouleversants...

    Dans la préface, je présente Marie et les circonstances.

     

    Va voir ci-dessus la présentation de l'ouvrage dans : Mes livres/ Mon livre N°3...

 

 

33ème Dialogue


31 janvier 2015

Bonjour, les amis.

Je prépare pour mars une exposition personnelle à la salle du Griffoul d' Albi ; j'ai choisi de la construire sur le thème du CHAT.

J'apporte aujourd’hui dans Nouveautés 3 tableaux que j'ai réalisés sur ce personnage :

- "Fais pas ci, fais pas ça" 
- "Amour impossible"
- "Rencontre chats et coquelicots"

Pour illustrer l'idée que, devant toute œuvre, chacun a sa propre perception,

je propose un jeu :

Je prends par exemple celui que j'intitule (arbitrairement) « Fais pas ci, fais pas ça » :

 

Selon vous, qui est cette fille ? Que fait-elle ? Quelle est son histoire ? Qu'est ce qui tombe du ciel ? Que va-t-il se passer ?

Je te propose de m'envoyer (avant fin février) en quelques lignes ton interprétation, sage ou délirante à l'adresse : michel.alet@yahoo.fr .

Je publierai toutes les histoires dans mon prochain article, ici, dans "entre nous", avec ton nom ou pseudo selon ton choix.
Je donnerai aussi mon interprétation actuelle.

Au travail ! A ton clavier !

Bises.

 

32ème Dialogue


3 octobre 2014

Bonjour ! Bonjorn!¡ Buenos días ! ¡ Hola ! Etc...

Cédant à la pression unanime de quelques uns, je viens vous porter un peu de grain à moudre.

Après cet été incertain, voici venu le temps des feuilles qui tombent, des châtaignes qui chutent, des noix qui dégringolent, des pommes qui choient, des genoux qui craquent... et des taxes qui s'abattent sur le pauvre monde. Mais haut les cœurs : au printemps tout refleurira !

C'est la rentrée pour notre association des Amis des Arts d'Albi, avec la reprise de nos ateliers peinture. On me sollicite pour animer certaines séances. Je confesse que je suis suprêmement embarrassé quand quelqu'un me demande comment je construis un tableau, quelles en sont les étapes...Comme si je savais, moi. C'est comme si on me demandait comment on fait un enfant ! On fait comme on peut, n'est ce pas. Le mieux possible.

Plusieurs m'ont dit que c'est en lisant mes livres (illustrés chacun par une trentaine de tableaux) qu'on apprécie mes œuvres et qu'on les « comprend ». Merci.

Certains m'ont questionné sur le sens , par exemple, du tableau Fleurs de crâne que j'ai apporté dernièrement sur le site. Vous savez ? Celui-ci :

Alors, a posteriori, j'ai inventé une géniale interprétation :
« Voyez-vous, mesdames et messieurs, en bas, au centre, un crâne humain sombre, intemporel ; deux émanations en surgissent parallèlement qui sont les 2 plus puissantes facultés de notre humanité; d'une part le rêve, l'imagination, la féerie, l'évasion, et d'autre part la raison, la rigueur, les mathématiques, la technique avec ses admirables réalisations... Et bla,bla,bla...Merci, mesdames et messieurs, n'oubliez pas le guide ».

J'apporte aujourd'hui dans Nouveautés 2 tableaux réalisés ces dernières semaines : Phare et Chère Maria. Il y a dix jours, quand j'ai posé les premières touches, qui aurait pu me dire que le hasard allait me conduire par ces chemins ?

Samedi 4 et dimanche 5 oct. Salon du Livre de Gaillac.

Vendredi 10, conférence-causerie à la salle des fêtes de Lescure. En voici l'affiche :

Lundi 13, invité à Villefranche de Rouergue par l' « Université des Savoirs Partagés »...

C'est chaque fois tout à fait simple et chaleureux.

A bientôt. Bises.

 

 

31ème Dialogue


22 juillet 2014
Salut et prospérité (¡Salud y pesetas !)

Mais je te souhaite d'abord, je nous souhaite, un bon été bien ensoleillé, bien chaud, et même tant pis un brin de canicule. Que diable ! Qu'on puisse enfin ôter nos pulls et nos grosses chaussettes !

Je viens de passer quelques jours avec les miens en Espagne, ou plutôt en Catalogne (messieurs les catalans catalanistes, excusez mon affreux lapsus) ; nous y avons bien bénéficié du soleil et de la mer.
La grisaille du retour apporte une certaine mélancolie.

Aujourd'hui, je ne présente aucun tableau nouveau dans les Nouveautés du site : j'en suis désolé, mais mes dernières œuvres ne méritent pas d'y figurer.
Je participe cependant à des expos ; par exemple, en juin, à Lescure lors d'une expo sur le thème de la Guerre, je présentais les 2 tableaux que tu connais : Guerre d'Espagne et Tristes guerres. Pour le premier, j'ai eu le plaisir de recevoir le prix de la Municipalité et pour le second, le prix du Public. Je crois que j'ai fait des envieux...

Par ailleurs, je me multiplie pour présenter mes livres dans les librairies et les salons de la région : Albi (31 mai et 6 juin), Réquista (1er juin), Rodez (28 juin),

Pampelonne (6 juillet), Lafouillade (26 et 27 juillet), Villefranche (31 juillet), Arvieu (10 août), Villeneuve (où je serai comme invité d'honneur au salon du livre du 16 août), etc...etc...

Tu me diras que c'est beaucoup d'agitation. Oui, mais c'est l'occasion de très belles rencontres avec les lecteurs ou simplement avec des passants qui passent.

A bientôt !

 

 

30ème Dialogue


20 mars 2014
Bonjour à toi,
bonjour à tous.

Avec le Printemps qui nous arrive triomphant de soleil, voici que s'ouvre la période fébrile des expos et des salons.
Je me consacre prioritairement à la diffusion de mes livres ; comme je te le laissais entendre dans mon dernier « Entre nous », j'ai dû réaliser une nouvelle édition de En effeuillant le vent qui était maintenant épuisé. La diffusion des 2 livres démarre fort puisque en 2 mois 150 exemplaires sont déjà partis vivre leur vie : vente directe + librairies + salons.

Après demain, je fais une causerie à la Mairie de Castelnau pour présenter mon livre2. On me demande aussi d'apporter une douzaine de tableaux. Il y aura pas mal d'amis. Le lendemain dimanche 23, une expo d'artistes à la Salle polyvalente avec dédicaces et tableaux...

Dans la rubrique Expos, j'indique quelques dates de salons...

J'apporte aussi dans Nouveautés 3 nouveaux tableaux.

Ciao, ciao. A bientôt !

 

 

29ème Dialogue


2 janvier 2014
Bonjour ! Meilleurs vœux à toi et aux tiens.

Avec le nouvel an... il est né le divin enfant ! L'accouchement vient d'avoir lieu : l'imprimeur vient de me remettre presque un millier d'exemplaires de mon nouvel ouvrage :

Sur le chemin des quatre vents

Le bébé a plutôt bonne mine. (Je te le présente ci-dessus dans la rubrique « Mes livres ». Possibilité de commande directe par courrier ou par internet).

C'est avec une certaine appréhension que je vais l'envoyer vivre sa vie dans le vaste monde.

J'ai tout de même confiance puisque son grand frère En effeuillant le vent (960 exemplaires) a reçu un magnifique accueil au point d'être presque épuisé et de me réclamer une nouvelle édition.

Je n'oublie pas les pinceaux et prochainement j'apporterai mes nouveautés.

A bientôt !

 

 

28ème Dialogue


30 novembre 2013
Bonjour l'ami(e) !

Coucou, me revoilà ! Bon pied, bon œil ; comme toi, je l'espère.

Je suis sûr que tu me donneras l'absolution pour ces mois d'absence : j'en ai une repentance parfaite ; Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa...

Comme prévu, j'ai exposé à Toulouse en mai, puis de juin à fin août dans une magnifique bastide qui m'est chère puisque j'y ai mes racines, ainsi que pas mal d'amis, Villeneuve d'Aveyron. A l'Office du tourisme. Des rencontres tout à fait sympathiques. En ce moment nous terminons le Salon d'Automne d'Albi où j'ai deux toiles accrochées (Le départ de l'Ancien et Après l'orage) ; le thème de l'expo était: L'éternité, qui, n'est ce pas, est un sujet assez vaste...

Surtout, je mets la dernière main à la suite de mon livre En effeuillant le vent ; il s'intitule Sur le chemin des quatre vents ; on continue en pleines turbulences météorologiques et tout ça ne devrait pas manquer de souffle. Ce sont les aventures de ce modeste pâtre aveyronnais qui va plonger dans la fièvre de la vie étudiante des années 60 ; un chemin plein d'accidents et d'imprévus. Abondamment illustré de photos et de tableaux. Je te le présenterai plus longuement la prochaine fois .

Le livre sortira des presses en janvier 2014.

Aujourd’hui dans « Nouveautés » voici deux tableaux :
Déprime
(je te rassure, ce n'est pas un auto-portrait!)
Pluie d'été
qui est beaucoup plus joyeux...

A bientôt.

 

 

27ème Dialogue


10 mai 2013
Bonjour !

Vive le printemps !

Il est temps que je vienne te saluer et apporter dans « Nouveautés » mes dernières créations.

Comme suite à mes tableaux en noir et blanc de janvier, en voici 2 autres :

-Vent d'Afrique : un lion pacifique qui exprime la puissance tranquille, la majesté souveraine. Le vent de la savane agite sa crinière ; le vent, c'est la liberté, la vie, l'ailleurs.


-Éléphants : ils sont trois, à contre-jour ; ils étanchent leur soif : l'éléphant, l'éléphante, et entre les deux, sous leur protection, le petit.

Tous les dimanches, en ce mois de mai et jusqu'au 16 juin, j'expose à Toulouse en bord de Garonne, Quai de la Daurade (au pied de l'Ecole des Beaux Arts).

Du 20 juin au 20 août, exposition personnelle à l'Office du Tourisme de Villeneuve d'Aveyron, avec une conférence-causerie le 28 juin à 21 h. Villeneuve est mon pays, mes racines et c'est toujours un bonheur d'y retrouver les amis.

Porte toi bien.

A bientôt !

 

 

26ème Dialogue


25 janvier 2013
 

Je te dis ce que nous disons dans notre village gaulois occitanophone :
« Te souèti una bona annada acompanhada de forsa maitas »

ce qui signifie : je te souhaite une bonne année suivie de beaucoup d'autres.

Je parlais naguère de l'hiver ; nous y voilà. Mais ses jours sont comptés, puisque depuis le 22 décembre nous allons vers l'été, n'est ce pas ? En attendant, furieux, il mouille, il mord, il fouette...Les amis, tenons bon !

Le livre me vaut un courrier des lecteurs passionnant ; mais ma pauvre tête a du mal à enregistrer toutes les choses qu’on me dit... Si par hasard tu m'as envoyé un mot et si je ne t'ai pas (encore) répondu, sois indulgent.

Ces jours-ci j'ai travaillé du pinceau avec mon ami Olivier Bonnelarge et, comme lui, je me suis essayé à faire du noir et blanc. Très intéressant.


Voici donc dans « Nouveautés » :

Explorateur (acryl. sur toile, 80 X 80)
GI (acryl. sur toile, 80 X 80)

A bientôt.

 

 

25ème Dialogue


25 novembre 2012
Bonjour l'ami(e)

Je sens venir l'hiver de qui la froide haleine
d'une tremblante horreur fait hérisser ma peau...*

Donc avant que le froid n'engourdisse toute chose, je viens te saluer.

Le stock de mes livres « En effeuillant le vent » fond comme neige au soleil : sur les 960 exemplaires, il ne m'en reste guère que 150.

Le courrier des lecteurs est souvent émouvant : certains voient ressusciter un monde de souvenirs, d'autres sont touchés par les aventures de ces gamins, d'autres qui m'ont connu découvrent une face qu'ils ne me soupçonnaient pas ; d'autres enfin qui ont lu le livre par hasard me disent qu'ils en aiment le style, l'humour et l'optimisme.

Bref, il y a des moments où je ne me sens plus toucher terre ; péché de vanité ; pardonnez-moi Seigneur. Si tu es un de mes lecteurs, merci d'avoir fait ce voyage...

(Pour tes cadeaux de Noël, pense au livre ; c'est peut-être une idée …)

Je n'abandonne pas pour autant mes pinceaux ; en décembre, je dois animer l'atelier peinture de l'association "Les Amis des Arts d'Albi" . Et à ce jour j'ajoute deux « Nouveautés» au présent site :

- Yeux bleus
- Gestation.

Ce dernier a été sélectionné pour le Salon d'Automne d'Albi (10 nov.- 2 déc.) dont le thème proposé était Maternité. Si tu le regardes bien, tu trouveras peut-être qu'il peut évoquer une nouvelle Afrique. Optimisme ?

Tiens toi au chaud !

Bises.

* ( Non ce n'est pas de moi, c'est de Joachim D.B.)


 

24ème Dialogue


4 septembre 2012
Coucou !

Premiers jours de septembre ; premiers jours de rentrée.

Pour un ex-enseignant, c'est l' époque où il capte dans l'air toutes ces émotions qu'émettent là-bas les enfants, les parents, les ados, les profs...(Une certaine nostalgie peut-être.)

Mon expo dans l'église romane d'Ambialet est terminée depuis une dizaine de jours. J'ai retrouvé l'équipe et les lieux dont je t'ai parlé dans mon 8ème dialogue. Succès. Environ 800 visiteurs.

Je suis désolé de n'apporter aujourd'hui qu'un seul tableau nouveau, intitulé « Pax » ; mais j’alléguerai sur mon mot d'excuse la liste des interventions et Salons du livre auxquels j'ai participé depuis le printemps pour diffuser mon ouvrage (on n'est pas des bœufs!). Ces ventes marchent tellement fort que je crains d'avoir épuisé mon stock avant la fin de l'année. Faudra-t-il envisager une nouvelle édition ?

Plus que les Salons, j'aime bien les Conférences-causeries : les gens interviennent, posent des questions, racontent des souvenirs... C'est toujours convivial et chaleureux.

Bises (aux dames).
A bientôt.

 

23ème Dialogue


8 mai 2012
Chère amie, cher ami,

Je soustrais quelques instants à ma "frénésie commerciale" (diffusion du bouquin qui marche bien, merci), pour apporter 2 tableaux nouveaux dans "nouveautés":

- Montagne magique
- Peupliers

Hier, j'exposais à Toulouse, bord de Garonne, 15 tableaux. Je suis revenu mouillé comme un rat. Dure la vie d'artiste !

A toi, bon printemps.
Merci de tes visites.

 

22ème Dialogue


30 mars 2012
Salut, les amis !

Fin mars tout à fait ensoleillée ; le spectacle de la vie est tout de même plus réjouissant que les consternantes images que diffuse la télé et les drames que ressassent les radios (mais le malheur fait vendre, n'est ce pas ?).

Il y a deux mois et demi que j'ai commencé à diffuser mon livre « En effeuillant le vent ». Et c'est parti sur les chapeaux de roues ; me voilà devenu un vrai commercial ; décidément j'aurai fait tous les métiers. Signatures dans les librairies, articles dans la presse (La Dépêche du Midi, Midi Libre, Centre Presse...), rencontres avec des Associations, interventions dans les radios locales ( Radio Albigés, Radio Totem...) Ce n'est pas de tout repos ; mais à ce jour plus de 200 exemplaires ont été vendus, ce qui n'est pas mal.

L'accueil est très bon et même enthousiaste chez certains. Tu me diras que ceux qui n'ont pas aimé, s'il y en a, se seront abstenus de me le dire...

Ainsi l'activité peinture passe en ce moment au second plan ; mais elle me repose de cette frénésie.

Ainsi je te présente trois tableaux récents :

« La peau de l'ours »
« Guerre et paix »
« Le danseur voltigeur »

Bien cordialement.

 

 

21ème Dialogue


7 janvier 2012
Coucou et
BONNE ANNÉE !

Nous y voilà ; l'accouchement vient d'avoir lieu : l'imprimerie me remet aujourd'hui l’enfant de mon cerveau ; c'est assez émouvant ...

 

Tu peux le voir sur une nouvelle page du site :  "Mon livre".

 

A très bientôt.

 

20ème Dialogue


1er décembre 2011
Cher ami, bonjour !

Passent les jours et les semaines. Nous voici au seuil de décembre.

Je partage mon temps entre trois activités créatrices : la peinture, la rédaction de mes mémoires et l'entretien de mes herbages.

Mes herbages, c'est à dire les prairies et le potager me reposent l'esprit et me nettoient l'âme.

Ma peinture va son petit train : expos, rencontres, animation d'un atelier hebdomadaire à l'Association des Amis des Arts (nous, nous bénéficions des trois AAA !)

A la rubrique « Nouveautés » j'apporte trois nouveaux tableaux plutôt abstraits : Opéra, les Fadettes et les Vrilles de la lyre.

Le livre de mes souvenirs d'enfance et d'adolescence est pratiquement bouclé ; j'espère t'annoncer très prochainement sa sortie ; il s'intitulera :

EN EFFEUILLANT LE VENT

ou les tribulations d'un pâtre du Rouergue des années 40

 

Les trois ou quatre personnes qui l'ont lu ont eu l'amabilité de le trouver génial. Et moi j'ai la faiblesse de les croire... presque.

Nous en reparlerons très bientôt.

 

 

 

19ème Dialogue


20 Août 2011
Hello ! !

C'est le plein été, avec cette année des écarts bien bizarres ; tantôt la canicule et tantôt la froidure, tantôt l'aridité et tantôt le déluge.

Des écarts bizarres aussi chez nos hommes politiques : écarts de langage et écarts de conduite (suivez mon regard) ; écarts sur les places financières du monde qui dansent le yo-yo...

De tous côtés on nous prédit l'apocalypse, des futurs épouvantables, des fléaux, des désastres, des calamités et des désolations. Les politiques, les spéculateurs, les médias, font leur miel sur La PEUR. La PEUR doit faire vendre.

Au fond de ma campagne, je tente d'éviter les oiseaux de malheur et je tâche de raison garder. Je rassure tous les prophètes Jérémies : si un jour nous devons revenir à la caverne, j'en ai repérées, pour moi et les miens, deux ou trois dans les environs qui feront très bien l'affaire...

Je te souhaite sérénité.

En mai et juin, j'avais expo à Toulouse : « la Garonne expose » ; c'était six week-ends en plein air, sur les quais de la Daurade, devant l’École des Beaux Arts. Positif. Agréable. Beaucoup de visiteurs.

En ce temps d'été, calme relatif du côté des pinceaux. Ci-joint, dans « Nouveautés » deux petits tableaux.

Quant à la rédaction des Mémoires, elle avance peu à peu.

A bientôt.

La bise aux dames.

 

 

18ème Dialogue


27 mars 2011
Salut, les amis ! !

Voici trois tableaux nouveaux que tu trouveras dans « Nouveautés » :

- « La Magicienne »

- « Arbre aux oiseaux »

- « Albi, la belle 2 »  (ce dernier est une version, acrylique pure, du précédent « Albi la Belle », technique mixte).

   En ce moment, l'inspiration n'est pas tous les jours au rendez-vous. C'est que parallèlement à mes activités peinture, je tente de rédiger un recueil de souvenirs : j'essaie de faire revivre le temps de l'après guerre dans la France profonde dans un petit hameau du Rouergue, un enfant ouvre ses yeux naïfs sur la vie. Ce n'est pas une évocation générale mais la vie quotidienne précise, concrète, avec des figures réelles et une foule d'anecdotes.

Le préambule commence ainsi :

" J'ai toujours eu beaucoup de chance.

  D'abord la chance de naître dans un coin de campagne bien retiré, au fond de l'Aveyron, dans une famille bien dépourvue, avec une flopée de 13 frères et soeurs aussi dépenaillés les uns que les autres. La chance d'avoir reçu jusqu'à 15 ans plus de calottes et de coups de pied au cul que de caresses et de bises...

  Bref, j'ai eu l'extraordinaire chance de ne pas avoir de chance . "

 

On en reparlera.

 

 

17ème Dialogue


5 décembre 2010
Ami visiteur, SALUT !

Depuis plus de 4 mois je n'ai pas donné signe de vie. Certains me croyaient-ils mort ?

Je veux dire aujourd'hui à mes ennemis d'avaler leur joie et à mes amis de sécher leurs larmes : non, je n'ai pas trépassé !

Ce jour, je mets dans « Nouveautés » 3 tableaux récents.

Je veux te parler du premier que j'intitule « Albi la Belle ». Le style en est assez différent de ce que tu as vu ici, n'est-ce pas ?


C'est un hommage que je rends à ma ville qui vient d'être classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Dans les années 70 , j'ai décidé avec ma famille de travailler et de vivre ici et je peux dire que ce choix fut essentiellement esthétique: je ne me lasse pas de contempler du haut du Pont Neuf la belle cité de briques, ses maisons aux toits roses, serrées dans l'ancienne cité et puis l'émouvant Pont Vieux, le puissant Palais épiscopal et, au dessus, la majestueuse cathédrale Sainte Cécile, forteresse du XIIIe, propre à dissuader les derniers cathares... Tu vois, une vraie carte postale mais vive et fascinante. J'espère que cette reconnaissance par l'Unesco n'amènera que des visiteurs éclairés... (comme toi, j'en suis sûr).
 

Le 2ème tableau est destiné à la mairie de Castelnau. C'est le village où j'habite. Face à Albi la puissante, sa contemporaine, Castelnau dresse son château fragile mais fier. Le tableau évoque la naissance de cette petite bastide comtale avec sa charte de 1256....

ADISIAS ! (comme on dit en Occitanie)

 

 

16ème Dialogue


28 Juillet 2010
Coucou à toi !

Grand soleil sur la campagne... les cigales dans les arbres, les vaches au pré, ruminant philosophiquement leurs paisibles pensées.
Chaleur...  C'est bon. C'est l'été.

Je mets (nous mettons) dans le site trois nouveaux tableaux en contraste avec le dernier qui était « Du feu dans la cheminée ». Aujourd'hui ils sont un peu plus flamboyants, c'est :
 - « Premier matin »
 - « Gargouille »
 - « Montagne ».

Les gens sont toujours étonnés et un peu déconcertés quand je dis de certains de mes tableaux, que je ne sais pas bien ce qu'ils représentent. Que les titres que je leur attribue ne sont qu'une proposition, un sentiment personnel, subjectif, contingent, aléatoire et conjoncturel...

Voici un tableau... ne pas dire: « Que représente-t-il ? » ou : « Est-il beau ? »
Mais « Que vois-je ? », « Que sens-je ? » « Que perçois-je ? », « Suis-je ému ? »
En soi, le Beau n'existe pas.. Il existe pour soi.
(Il suffit d'ailleurs de voir les couples dans la rue... Surtout certains !)

Et c'est très bien comme çà, n'est-il pas?

Je répète donc le mot d'Oscar Wilde: « la Beauté est dans l'oeil de celui qui regarde ».

Ouf ! Après ces profondes réflexions qui me donnent mal à la tête, je vais me jeter un petit whisky.
On me l'a dit : ne pas se déshydrater...

A la tienne!

 

15ème Dialogue


14 mai 2010
Oh ! Oh ! Salut à vous ! Salut à toi !

Aujourd'hui jeudi de l'Ascension.

Que deviens-tu en cette queue d'hiver qui n'en finit pas, avec ces pluies froides et continues, avec cette grisaille qui se glisse jusques au fond de l'âme. Joli mois de mai en vérité !

Alors je viens de terminer une toile qui est bien de saison. Je vais l'intituler comme dit la chanson: « Du feu dans la cheminée »



A part ça, je navigue dans une brume de nostalgie.

Il y a quelques jours, j'ai retrouvé certains de mes copains de collège, des années 50... « copains », c'est à dire ceux avec qui on a partagé le pain : je t'ai parlé de ce joyeux établissement dans les commentaires de mon tableau « Le Céphalophore ». Tu te souviens ? Nous avons parcouru ces lieux, la cour du château, la salle d'Honneur, les tours, le réfectoire voûté... nous avons mis nos pas dans nos pas de jadis. Rencontre avec les lieux, rencontre surtout avec les anciens camarades... surprises, joie, anecdotes...

Mais ces retrouvailles sont peut-être avant tout, pour chacun, une rencontre avec soi même, avec sa propre enfance.

Voilà. On dit que la semaine prochaine le soleil va revenir. J'en suis sûr.

 

 

 

14ème Dialogue


5 avril 2010
Coucou !

Bonjour à toi et à tous.

La photo de la Bonne année commence tout de même à devenir anachronique : il faut tourner la page !

Je vois avec plaisir que comme moi tu as survécu aux rigueurs de l'hiver. Nous voici déjà début avril avec sa joyeuse alternance de soleil et d'averses. Je vais poser un instant mes pinceaux car j'entends au fond des bois et au bord des haies l'appel impérieux des « répounchous » : c'est une plante très recherchée par les indigènes du Tarn et de l'Aveyron : vers Pâques, nous consommons sans modération ce tamier âpre et amer qu'on ne peut apprécier que si on l'a sucé dans la prime enfance, juste après le biberon...

En février, tous les mardis et vendredis, j'ai assuré l'animation des ateliers peinture de l'Association des Amis des Arts d'Albi. Atmosphère très conviviale. Donner du grain à moudre à 20 ou 25 personnes, peintres de tous niveaux. Bien sûr, j'ai surtout montré des techniques, enseigné des méthodes et proposé des chemins. Les ressorts de la création eux ne s'enseignent pas : ils sont intérieurs, personnels et bien étranges. Qui les maîtrise ?

La saison des expos approche : Castelnau, Gaillac, Toulouse (tous les week end de mai en bord de Garonne voir le site « http://garonne.expose.free.fr ») et puis Albi Breuil où je serai l'invité d'honneur. Donc du pain sur la planche.

Nous apportons dans « Nouveautés » 5 tableaux récents, Tu verras que depuis quelque temps j'ai une inclination vers le rouge et le noir, 2 couleurs fortes qui s'accordent à merveille.
 

Adisias! Porte toi bien.

 

 

13ème Dialogue


4 janvier 2010

Oui, bonne année !  Non, je ne te souhaite pas « la réalisation de tout ce que tu désires ». Que la vie serait triste si nous n'avions rien à rêver !  N'est-il pas ?
Ce que je te souhaite, c'est la paix avec toi-même et puis de belles rencontres.

Voilà.
Dehors une brume humide enveloppe les arbres et les choses. Là, dans la cheminée, brasille un feu de bois qui tantôt s'énerve, tantôt boude et tantôt feint de mourir pour attirer l'attention.

Cet après midi, je vais prendre mon matériel de peinture et j'irai rejoindre 2 ou 3 amis peintres dans le vaste local de notre association, « Les Amis des Arts d'Albi ».

Presque tous les lundis, nous nous rencontrons ainsi pour travailler ensemble, chacun dans son style et sa technique, chacun commentant librement et en toute amitié ce que font les autres …

Je crois que le nécessaire travail individuel, solitaire, créatif, s'enrichit en une 2ème étape dans le travail collectif et le regard des autres : les amis te feront 10 remarques vaines mais peut être la 11ème, anodine, te fera faire un pas en avant en te dévoilant quelque chose que tu ressentais confusément mais dont tu n'avais pas claire conscience. L'Autre a, sur ce que tu fais, un recul qui te manque. Qui que ce soit, même un non initié, un candide ou un enfant peut, s'il est spontané, te révéler des choses …

Aujourd'hui, nous mettons dans la galerie «Nouveautés», des oeuvres de novembre et décembre.

Encore Bonne année.
Une bise aux dames.

 

 

12ème Dialogue


10 octobre 2009
Salut à toi ! AVE !

AVE Didier ! AVE Anne ! AVE André ! AVE tous ! Et même AVE Maria!

Octobre. Paisible campagne. L'arrière saison est bien belle. Elle n'en finit pas d'enchaîner de tièdes journées de soleil. Pas de pluie, le vin sera bon... et tant pis pour les champignons, les buveurs d'eau et les pisse vinaigre.

Ce jour, je mets dans « Nouveautés » 3 nouveaux tableaux et une nouvelle version de « Tornade NY » (tu me diras ce que tu en penses).

Comme tu le vois « Gueule de bois » est un prolongement de la nature morte « Quatre as ». Oui les natures mortes ce n'est pas trop mon truc : j'ai du mal à rester dans l'inerte ou à la surface matérielle des choses, j'ai instinctivement besoin d'aller au-delà; d'apporter une dimension humaine.

Que vois-tu?

Donc au premier plan sont apparus les cartes, les dés, à boire et à manger. Puis plus loin est venu cet escalier qui pourrait suggérer d'autres plaisirs et d'autres péchés, en particulier le 3ème des péchés capitaux (bon, je sens qu'il ne serait pas inutile que je te les rappelle : l'orgueil, l'avarice, la luxure, l'envie, la gourmandise, la colère et la paresse... j'ajouterai les tripous aveyronnais).

Au deuxième plan, ce bonhomme qui s'en va en caleçons ; il a même perdu ses souliers et sa chemise ; même le ciel est contre lui : il pleut !

Mon ami Louis Paul me fait remarquer plaisamment que mon atavisme judéo chrétien et ma lointaine éducation sulpicienne remontent inexorablement à la surface : il y a ici, dit-il, une manifeste intention moralisatrice.

Grands dieux, mais non ! Que nenni ! Pas de malentendu ! Pas de leçon de vertu !

 Mais oui, bien sûr, toi, tu l'as bien compris, c'est simplement un espace, des couleurs et de l'HUMOUR !

 

 

11ème Dialogue


21 juin 2009
Ami visiteur, salut et prospérité !

 

Juin : quelle frénésie de sorties, d'invitations, de kermesses, de vernissages, de fêtes et de spectacles avant la béate léthargie de l'été ! Ouf, on en voit le bout !

Pour ma part, j'ai 4 expositions sur les bras :

Je termine mon exposition à la Casa de Espana de Castres, 38 tableaux, une ambiance à la hauteur des traditions espagnoles avec moscatel, tapas et paellas...et cette chaude convivialité ibérique. Beaucoup de visites de tous âges dont pas mal de fils et petits fils de ces émouvants guerrilleros des années 30. Des 3 salles d'expo, j'en ai dédiée une à l'Espagne avec bien sûr au milieu mon Post Guernica II Libertad ...qui a fait une certaine sensation. En esta Casa, con tantos amigos, me siento como en mi propia casa.

A Labastide, je n'ai pas eu le Premier prix contrairement à 2007 et 2008. Heureusement pour mon amour propre, quelques semaines auparavant, mon Pomone avait obtenu à Gaillac le 1er Prix lors du « 50ème anniversaire des Peintres du Gaillacois ». Ouf!  Ma vanité est sauve.

Je participe aussi à l'expo annuelle des Amis des Arts ; la Municipalité d'Albi a mis à notre disposition le magnifique Hôtel Rochegude, XVIII ème siècle. Très belle variété d'oeuvres. Si tu es du coin, à ne pas manquer... Vite ! il ne te reste que quelques jours.

A-la-demande-unanime-de-quelques-uns, nous avons ajouté dans le site une rubrique VENTE-PRIX pour ceux qui seraient intéressés par l'acquisition d'une oeuvre. Surtout n'hésite pas !


10ème Dialogue


4 mars 2009
Ô Visiteur, salut!

Je te dois peut être quelques explications sur le tableau que j'ai appelé « Post-Guernica : Libertad ! »

Primo quelques mots sur le tableau de Picasso :

D'abord situons- le : Espagne début 1937, en pleine guerre civile, le gouvernement républicain demande à Picasso de peindre une composition pour l'Expo Universelle de Paris. Soudain le 26 avril, le peintre apprend le bombardement de la ville basque de Guernica par l'aviation allemande qui épaule Franco. Passionnément républicain, Picasso entreprend frénétiquement son oeuvre (3,5 m X 7,8m) en noir, blanc, gris et une très légère teinte bleutée :


http://www-irma.u-strasbg.fr/~holtzman/guernica-Picasso.jpg

Tableau tragique : à gauche, la mère avec dans ses bras son enfant mort; à ses pieds,le cadavre du milicien disloqué, dont la main tient encore l'épée brisée et une fleur ; au centre, le cheval (le peuple) transpercé par la lance ; à droite, les 3 femmes, hébétées, surgissant d'une maison en flammes ; en haut, la lampe (les bombes ?) et puis, noir, le taureau mugissant qui représente sans doute la force brute...

Aujourd'hui, 70 ans sont passés depuis la tragédie de la guerre qui, sur plusieurs générations, nous a marqués jusqu'au fond de l'âme. Nouvelle Espagne.

En utilisant les matériaux du Maître, j'ai voulu exprimer non la destruction, mais au contraire, la mort des fascismes et le cri de la Liberté.

J'ai mis des couleurs vives, c'est le taureau des fascismes qui est frappé à mort, la mère serre son petit, l'homme s'éveille, la fleur à la bouche, dans le triangle le cheval et les deux femmes accusent, celle de droite clame la liberté, le soleil et la colombe suggèrent un espace ouvert, la Vie...

 

 

9ème Dialogue


28 janvier 2009
Ami visiteur, bonjour,

Bonne année et tant que nous y sommes : joyeux Noël, bon anniversaire, heureuses Pâques... et tout et tout.

En ces temps de fureurs et de tempêtes, mes voeux de calme et de sérénité. Contre vents et marées, nous allons tenter de conserver, n'est ce pas, nos carcasses navigables.

As-tu remarqué que nous avons restructuré les galeries du site?

NB- Je dis « nous » mais c'est un abus de langage car il s'agit surtout de la remarquable efficience de Anne qui en arrière plan organise, culbute, rebâtit et même... relance le peintre. Remercions la en choeur : merci, Anne !

Donc nous avons en particulier allégé la galerie « Nouveautés » : il y avait en effet des nouveautés qui commençaient à prendre de l'âge.

Pour cette année 2009, j'ai au programme plusieurs expos personnelles :
- en mai, à Castres,Casa de España
- en août, à Monestiés,Syndicat d'Initiative
- en septembre à Toulouse, Expo Garonne...

Je me hâte donc avec lenteur.

J'ai sur le chevalet une assez grande toile qui sera une sorte d'actualisation de Guernica, sur le thème de la liberté retrouvée...

-"Mais vous détournez un tableau de Picasso ?"
-"Mais voui. N'a-t' il pas détourné lui même des tableaux de Vélazquez ? Donc n'ayons peur de rien, je suis en bonne compagnie."

 

Tiens, le voici !

 

8ème Dialogue


7 décembre 2008
Hello !

Dans quelques jours la Noel...et mon Xème anniversaire (puisque comme le Petit Jésus je suis né un certain 25 décembre).

Depuis juillet, l'Oeuvre que je suis censé laisser à la postérité est restée en suspens : que le Peuple m'excuse ! Question création, l'été est pour moi un peu la morte saison, avec je l'avoue, une certaine nonchalance et un certain laisser-aller. Tout de même, je ne suis pas resté les bras croisés : même si l'alibi ne trompe personne, je dirai que comme le diligent écureuil, j'ai fait provision d'images, de croquis, d'idées.

Tout le mois d'août, j'ai fait une expo personnelle à Ambialet (Tarn). Parlons- en. Ce fut probablement l'expo la plus agréable de ma vie! 

"Il est des lieux où souffle l'Esprit". Ambialet en est un. Ambialet, tu ne connais pas ? Pas possible ! Bon, en trois mots: c'est un très beau petit village, dans un site pittoresque ("pittoresco"), dominant une cingle du Tarn et qui porte magnifiquement ses 2000 ans d'histoire. A ne pas manquer, vaut le détour...

Invité par la Mairie et une association, j'ai présenté 40 tableaux dans un espace que je trouve plein d'âme : taillée dans le roc, une église romane du XI e siècle, détruite lors de la Croisade des Albigeois, reconstruite, ravagée par les Routiers au XVe, puis par les Protestants au XVIe, etc... et enfin restaurée... La simplicité, le recueillement du lieu, se prêtent tout à fait à un contact intime et direct avec les oeuvres.

1490 visiteurs. Pas mal !

En octobre, novembre, un voyage-pèlerinage à Madagascar.

Et maintenant, promis juré ; je me retrousse les manches ! Tu vas voir !  

7ème Dialogue


22 mai 2008
Ami visiteur, bonjour !

Mon expo à St Jean d'Angély (Charente Maritime) s'est très bien passée : amusant de disposer 40 toiles dans cette vaste chapelle blanche magnifiquement restaurée par la Mairie. Beaucoup de visiteurs souvent bien intéressés. Pas mal de réactions, de commentaires et de fleurs...

 Quelques photos ?

 

 

En cette mi-mai, me voici donc de retour dans mon pays albigeois. J'ai retrouvé avec plaisir ma campagne reverdie, mes amis, mes tubes de couleurs...

Après un mois d'inaction, mes pinceaux commençaient à se dessécher comme le (petit) lobe créatif de mon cerveau.


Bon été, l'ami ! A bientôt

6ème Dialogue


15 avril 2008

As-tu  vu dans les "Nouveautés" le tableau "Minet et Coquelicots" ?
Tandis que je le photographiais pour le mettre dans le site, ma minette est venue participer à la séance de pose...

Voici ses intelligentes réflexions :

 

 

 

 

5ème Dialogue


Je remonte mon "dialogue" du 15 décembre pour te dire quelle en est la suite.

15 décembre 07
Décidément l'enfance et l'adolescence sont une source inépuisable pour la création.


Je vais te narrer un souvenir de collège, chez les Pères du Sacré Coeur. Accroche toi. Il faut que tu imagines le château de Graves, gravement assis sur sa colline, avec ses grosses tours et puis à l'intérieur des murailles, une longue salle voûtée et froide : c'est le réfectoire. Au fond, en travers, la table des Pères. Au centre, le Supérieur, puis à sa droite le Prieur avec sa clochette, et puis tous les Pères, pâles dans leurs soutanes noires. Et nous, boutonneux, assis devant nos tables ripolinées de blanc où fume la triste soupe quotidienne. Tu vois le tableau.


C'est le silence. Nous n'avons l'autorisation de parler (« Deo gratias! ») que le jeudi midi, le dimanche midi et le dimanche soir. Donc silence. Sur une mini chaire nous nous succédons toutes les 10 minutes pour faire la lecture d'une voix bien haute et « recto tono ». Tous les jours, c'est l'Imitation de Jésus Christ ou la Vie des Saints et parfois un livre profane, édifiant bien sûr.

Dans la Vie des Saints, ce qui nous réjouit secrètement, c'est le martyrologe, c'est à dire le récit des infinis supplices des martyrs, surtout ceux des premiers chrétiens vers la fin de l'Empire Romain. Certains d'entre nous, (« horresco referens! ») certains d'entre nous, fils de paysans avec nos sabots encore terreux, avons même quelquefois du mal à étouffer un fou rire dans nos serviettes. En effet difficile d'écouter sérieusement la liste des tourments qui n'en finissent pas.

Si tu veux je te résume en quelques mots :  ...refusant de sacrifier aux idoles, le Saint Martyr X fut couché sur un lit de braises, alors il entonna le « Te Deum ».  Voyant cela, le gouverneur lui fit enfoncer des tringles sous les ongles des mains et des pieds, et lui de crier : « Alleluia  Alleluia ! »  Alors on le jeta aux fauves. Avec ses frères il se mit à chanter le « Veni Creator » au milieu de l'arène et les lions dégoûtés se retirèrent en se croisant les bras. A cette vue, le sanguinaire gouverneur le fit crucifier par les pieds, la tête en bas. Mais on retrouva le Saint homme le lendemain matin poussant à pleine voix le « Gloria in excelsis Deo ». Devant cette obstination inoxydable, l'odieux Gouverneur le fit porter sur la place publique et on lui trancha la tête. Point à la ligne. Ouf !


Tu crois que c'était fini. Mais non pas toujours ! Il y avait les increvables : c'était les martyrs céphalophores comme St Euchaire, St Elophe, St Hélier ou St Denis. Ils ramassaient leur tête, la prenaient dans leurs mains et rentraient chez eux en louant le Seigneur et en chantant le « Magnificat »...

On ne précise pas si leur concierge ne tomba pas d'une crise cardiaque en les voyant passer si joyeux...

Ces souvenirs qui, je l'avoue, me désopilent encore bêtement viennent de m'inspirer un début d'autoportrait. Le voici :

Je céphalophore...

 

 Suite
20 février 2008

Et maintenant voici le tableau fini: une rougeoyante arrivée au ciel.

 Qu'en penses tu ? Autour de moi les réactions qu'il suscite sont bien étranges : certains rient de bon coeur; d'autres comme ma voisine Simone ont bien failli tomber à la renverse...

Une idée me vient : pourquoi ne pas faire un jour en très grand format style cathédrale une autre arrivée au ciel mais où le « martyr » serait entouré d'anges, d'archanges, de séraphins... bref un tas de braves gens qui te reçoivent pour un pique-nique. Je vois des bleus, des noirs, des ors...
Idée à creuser.

En attendant, je prépare une expo que je ferai à St Jean d'Angély en Charente Maritime fin avril, début mai. Et devine le lieu ! Une grande chapelle blanche, magnifique, que les services culturels de la ville mettent à notre disposition. Je dis « notre » car j'exposerai avec Jean Pierre BONNIN, peintre, metteur en scène, historien, infatigable animateur, qui sous ces latitudes est connu comme le loup blanc. Original et bigrement sympathique. As-tu deviné où j'accrocherai le tableau ci-dessus? Mais oui, bien sûr, au milieu du choeur, entre les deux vitraux centraux. Bref on nage en pleine béatitude ; il ne manquera que des moines mais comme c'est une espèce en voie de disparition...

Ecoute, si tu passes dans le coin, rends-nous visite, tu seras le bienvenu. Tiens ! Voici où aura lieu l'exposition :

 

 

Je te montre l'affiche dans "Expositions".

 

4ème Dialogue


2 décembre  07
Hello! comment vas-tu ?

Tiens,  je termine un autre tableau et si tu veux je te présente quelques moments de son élaboration.

1ère étape : sans aucune modestie, j'ai envie de reproduire en quelques coups de pinceaux une de mes photos des années 40 (et oui ma petite dame, c'est du noir et blanc ! c'était juste après le Moyen Age).

2ème étape : avec des bouts de bois, des papiers, des tissus, j'essaie d'imaginer une composition signifiante.


          




3ème étape : je prends mes couleurs en laissant se créer peu à peu la structure du tableau et les équilibres chromatiques.



4ème étape : J'ajoute des empreintes puis des mini photos personnelles de l'époque, qui forment comme le fil des jours de ces défuntes années, des souvenirs heureux tout embrumés et tout effilochés. Et voilà le travail !


           


Et maintenant je vais nettoyer mes pinceaux et me laver les mains... et prendre un petit whisky.

 Viens, on va trinquer : il faut se préparer à l'hiver...

 

3ème Dialogue


26 octobre 07
Coucou !

Après un été assez peu productif (saison de la dispersion, de la "dissipatio" comme auraient dit les Pères Jésuites de notre enfance), voici de nouveau le temps des brumes, favorable au retour sur soi et à la création.

Ami visiteur, j'espère que te voilà aussi plein de tonus et de courage.

Tiens, je vais te parler d'un triptyque que j'ai attaqué il y a quelques jours, avec comme point de départ le thème du REGARD.

Technique mixte... tu connais : acrylique, collages, matières diverses, encres...

Les deux premiers volets sont "sortis" très vite avec des rouges et des noirs. Le troisième, par contre, a vu apparaître d'abord un personnage livide, barbu, émacié, qui tenait plus du Shadock que de l'hidalgo. Bref, imbuvable... Et puis petit à petit c'est un visage de femme qui est sorti.
Je trouve qu'en fin de compte il complète assez bien les deux autres.

Les voici, qu'en penses tu ?

                     

Tout en gratouillant, l'imagination travaille, la folle du logis.
As-tu remarqué sur le dernier volet ce couteau, cette "navaja" pointée vers le cou de la femme ?

 Alors le triptyque pourrait bien suggérer le trio des NOCES DE SANG : en premier, l'Amant, beau et noir comme le taureau, puis le Fiancé, tremblant de haine et de jalousie et puis enfin la Fiancée qui plongera dans la douleur et la solitude...

Euh, je ne suis pas sûr que tu sois convaincu.

Alors voici que me saute aux yeux une deuxième interprétation surgie à partir du taureau : mais oui, je vois une allusion au mythe du MINOTAURE :

1. Thésée avec le monstre.
2. La terreur qui règne sur toute la Crète.
3. La belle Ariane, la fille de Minos et de Pasiphaé avec le fil qui guida son amant; elle va mourir abandonnée sur un lointain rivage.

Tu te souviens ? 
« Ariane, ma soeur, par quel amour blessée,
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée... »

 Non ? Hum.

Mon chien, qui est comme toi un peu dubitatif, se tapote malicieusement le menton.

 

 2ème Dialogue


2 mai 2007

 « Voici le mois de mai où les feuilles volent au vent... »
 « C'est le mois de Marie, c'est le mois le plus beau !... »
 Tu parles ! On claque des dents. Viens, tenons nous au chaud !

Je me lance les yeux fermés sur une toile de format assez grand (70X100cm). Sur un fond lumineux j'ai disposé des collages de papier de soie avec des taches noires, bleues , orangées. C'est une technique que j'aime bien quand je suis en mal d'inspiration : laisser venir LE HASARD puis l'utiliser, le solliciter, le plier, c'est en gros l'exercice-des-taches cher aux psychanalistes...

Voilà ce que ça donne pour l'instant :

 

 Je tourne la toile dans tous les sens. Et toi qu'y vois-tu? Mes collègues interrogés voient un crocodile, une femme sur un canapé, un incendie, une danseuse de flamenco... Vraiment ils disent n'importe quoi !

 Et puis soudain, après cette tempête sous le crâne, je vois, mais bien sûr! C'est une femme tragique, les bras étendus devant un grand malheur. Alors pour être plus clair, j'ajoute les mains et un visage en loques comme son vêtement. Voilà :

 Qu'en penses-tu ? Je suis assez satisfait de l'expression énergique de cette main et du visage :

          

 

8 mai 2007

 On célèbre la fête de la Victoire : flonflons et Marseillaises (que de Marseillaises après celles qu'on a entendues pour les élections de la semaine dernière !).

Mais aujourd'hui c'est la Marseillaise de la guerre, celle que tout petit j'ai chantée le 8 mai 45 devant le monument aux morts de St Igest. La femme de mon tableau pourrait-elle être la Marseillaise, non pas la guerrière de Rude ou de Delacroix (oh l'immodeste que je suis !) mais la Marseillaise tragique du sang, des larmes et de l'horreur ?

Ne serait-ce pas plutôt simplement une Mater Dolorosa? (à suivre)…

 

1er juin 07

Je reviens sur ce tableau inachevé qui me pose bien des questions... Qu'a vu la malheureuse ?

Ma 2ème idée est que cette femme est la Mère ou la Femme devant l'horreur de la guerre. Peut-être.

Je vais la faire sortant des ténèbres et fixant des yeux... quoi au juste? Je ne sais pas encore. Laissons venir...

 

"C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit

Ma mère Jézabel devant moi s'est montrée..."

 Voilà, c'est fini.

Est-elle la Douleur ? La Folie ? Phèdre ? Une Erinye ? Une Bacchante ? Une Furie ? Je ne sais. Ecoute, à toi de décider... de toutes façons elle n'en fait qu'à sa tête !

 NB. Mon chien (qui est assez bête et passablement misogyne) me dit que c'est sa maîtresse quand elle voit une souris. Oh, le voyou !

 

 

1er Dialogue


Ami visiteur,

 bonjour !

Tu as parcouru lentement ou à grandes enjambées ces galeries. Sans doute, devant certaines toiles as-tu dit "bof !" et peut-être devant d'autres as-tu pensé "Tiens, intéressant !". Je peux t'avouer que je suis un peu dans le même état d'esprit: Tous ces tableaux sont mes enfants, chacun a son histoire, mais avec certains nous sommes un peu en froid car ils ne me parlent plus beaucoup pour l'instant, d'autres m'emplissent d'une joie profonde, (et ce ne sont pas toujours les plus "beaux").
Amour, réconciliations, la vie quoi !

En ce moment, mars 2007, j'avance dans des toiles à dominante rouge, orangé, gaies, lumineuses comme ce début de printemps.

Mais à côté , sur mon chevalet, j'ai une assez grande toile qui depuis quelques semaines m'en fait voir de toutes les couleurs. J'ai démarré avec de grosses tâches de bleu, rouge, noir et peu à peu on voit sortir des fantômes, des monstres, des loups, des visages... Le titre pourrait être "Contes de fées" mais ce n'est pas gagné d'avance...

Voici la toile dans son état actuel, je m'arrache le peu de cheveux qui me restent sur la tête, tu vois que c'est encore le chaos :

Attends ! Je crois que je vais faire un vers. Chut !

« C 'est le tohu-bohu du primordial chaos ! » (bof!)

Si tu veux me dire 3 mots sur telle ou telle toile (ou autre chose) mon adresse e-mail est   michel.alet@yahoo.fr

A bientôt.

 

Quelques jours plus tard,
ce 22 mars 07… Coucou !

C’est la foire à Villefranche. Vent du nord, froid, avec des averses de grésil. Dire que c’est le printemps ! Regarde ! Il y a du feu dans la cheminée, approche-toi.

 Qu’est devenu le tableau ?
Voilà, c’était le chaos, le foisonnement irrationnel, le fouillis. Je ne sais ce que tu en penses, mais l’idée d’évoquer les contes de fées me paraissait intéressante, cependant, l’ensemble était étouffant. Dans tout tableau, comme dans tout jardin et dans toute œuvre artistique, on aime trouver des espaces de repos. Il fallait apaiser, distancier.

Sur les bords, j’ai donc installé de grandes plages de gris, de gris bleu, d’ivoire :

Ainsi, les « figures » du centre apparaissent comme au-delà d’une fenêtre, dans un creux. Le conte n’est-il pas un monde imaginaire, la cavité de l’inconscient où l’enfant affronte des personnages magiques qui représentent les pulsions et les dangers ?… (je dois avoir lu ça quelque part).

Voilà où nous en sommes !

 Dehors le vent du nord souffle encore. Couvre-toi. A bientôt.

 

Quelques jours après
Fin mars 07

 Qu'est devenu le tableau « Contes de fées »?

 Je crois qu'il est définitivement (?) terminé. Je n'y ai rajouté que quelques détails pour en parfaire l'équilibre : en particulier en bas à gauche, j'ai apporté un appendice noir et blanc qui avec de l'imagination pourrait être comme le bras droit du monstre rouge.

Tu trouveras ce tableau dans la galerie « Nouveautés » avec quelques oeuvres récentes de mars et avril.

 

Quand tu vas sortir, éteins la lumière et ferme la porte.  Merci.

                                                                                 Création Atelier  Manogobrani - Copyright © 2006 [Michel ALET]. Tous droits réservés